Actualités régionales

Le coup de chaleur
18/06/2019

Le coup de chaleur

Autrement appelé  congestion cérébrale , le coup de chaleur est  lié à un œdème cérébral consécutif à une dé- faillance des mécanismes de régulation de la température interne.  Il s’agit d’une  affection grave, brutale, pouvant entraîner la mort de l’animal en l’absence de prise en charge rapide.  Ce type d’accident grave arrive le plus souvent  l’été, alors que le chien est laissé dans la voiture, même à l’ombre.   À quoi est dû le coup de chaleur : Contrairement à ce qui se passe chez l’Homme,  la régulation de la température interne ou thermorégulation chez le chien ne se règle pas par transpiration et échanges thermiques au niveau de la peau. Le chien tolère moins bien la chaleur, et ne peut transpirer qu’au niveau des coussinets plantaires (il ne possède pas de glandes sudoripares !).  Il va surtout utiliser sa  ventilation respiratoire, en haletant, pour diminuer sa température interne. Lors de fortes chaleurs,  ce mécanisme est insuffisant, et le chien « surchauffe ».   Le système circulatoire sanguin est alors perturbé, et le cerveau va commencer à souffrir de ces perturbations. Si la température ne baisse pas rapidement , un processus inexorable se met en place conduisant rapidement au  coma puis à la mort .   Comment se manifeste un coup de chaleur : Lorsque la chaleur corporelle augmente, le chien commence par  haleter .  Cette hyperventilation s’accélère, mais diminue l’oxygénation tissulaire et notamment au niveau du cerveau, on note alors une cyanose des muqueuses (couleur bleu violacée de la langue et des babines). L’animal devient hagard, hébété, semble ne plus percevoir ce qui se passe dans son environnement.  La température interne normalement de 38,3°C peut monter à  40, voire 41°C . Des  pertes d’équilibre sont alors courantes.  Puis un  œdème cérébral entraînant un coma  va s’installer, et le  choc thermique  va évoluer rapidement vers la  mort, en quelques minutes.    Comment prévenir le coup de chaleur : Le coup de chaleur arrive généralement aux  périodes chaudes de l’année , le plus souvent  lorsque le chien est confiné notamment dans un véhicule en stationnement, même à l’ombre fenêtre entrouverte.  Il faut également être vigilant lors des trajets  si le chien est installé dans le coffre, à l’arrière de la voiture ou s’installe sur la plage arrière : les systèmes de climatisation des véhicules ne donnent pas forcément une température homogène dans l’ensemble de l’habitacle.  Certaines races sont encore plus sensibles au coup de chaleur : ce sont les chiens  brachycéphales  (= « à face courte »), comme les bouledogues anglais et français, le King Charles, le boxer, le carlin, le shi-tzu, le dogue de Bordeaux, etc.  Les chiots, les chiens âgés, ceux atteints d’insuffisance cardiaque, et les chiens en surpoids sont plus exposés.   Quels sont les gestes à faire? Dans un premier temps, il s’agit de  faire chuter la température interne . On utilisera pour cela des  linges trempés d’eau froide (20°C) qu’on placera sur le chien, en particulier autour du cou et de la tête.  Il faudra veiller à mettre calmement  le chien à l’ombre, dans un lieu bien aéré, et à l’installer « en sphinx », en étirant la tête en avant pour faciliter la respiration.  L’utilisation de  ventilateurs  peut permettre d’accélérer la diminution de la température interne. Si les symptômes sont plus sévères (ou en cas de doute), avec des troubles de la démarche ou de la vigilance, le chien commence à  être victime d’un œdème cérébral. Il faut rapidement contacter le vétérinaire et se rendre à la clinique en urgence . L’équipe soignante se préparera à agir immédiatement dès votre arrivée. Durant le trajet, on veillera à faciliter la respiration de l’animal dans la voiture. Certaines complications comme une coagulation du sang dans les vaisseaux peuvent être rapidement fatales si elles ne sont pas traitées rapidement.  À votre arrivée, l’équipe vétérinaire mettra en œuvre un traitement adapté à la sévérité du coup de chaleur.    Comment éviter que votre chien souffre d'un coup de chaleur:  Lors des journées de forte chaleur,  veillez à ce que votre chien ne reste pas trop longtemps au soleil, et à lui pulvériser de l’eau sur le pelage à l’aide d’un pulvérisateur ou d’un brumisateur.  Si possible,  installez le chien dans une pièce fraîche, bien aérée.  Lors des trajets en voiture,  des arrêts fréquents  durant lesquels votre chien pourra s’ébattre,  à l’ombre de préférence , seront nécessaires. On veillera toutefois à  limiter les exercices violents et on modérera les chiens turbulents . Emportez également de  l’eau afin de fournir à votre chien ou votre chat une bonne hydratation : les pertes en eau par le halètement sont très importantes.  Surtout,  ne laissez pas votre animal sans surveillance dans votre voiture : le coup de chaleur arrive brusquement, même dans un véhicule garé à l’ombre.   Afin de partir en toute sécurité, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.    
La rupture des ligaments croisés
14/06/2019

La rupture des ligaments croisés

Comme nous, les chiens et les chats peuvent souffrir d’une rupture des ligaments croisés. Voici quelques explications mais aussi les solutions qui existent.   Qu’est-ce que les ligaments croisés ? Dans le genou, les ligaments croisés servent à stabiliser le genou dans les mouvements de torsion. Ils sont attachés au fémur et au tibia et forment une croix, d’où leur nom ! C’est le ligament croisé antérieur qui est primordial dans le genou du chien et du chat car il empêche l’avancée du tibia lorsque le genou se pose. C’est donc lui dont on parle principalement lorsque l’on évoque une rupture du ligament croisé.   Comment est-ce que le ligament se rompt ? Le ligament peut se rompre soudainement lors d’un exercice physique principalement chez les chiens sportifs ou lors d’un accident ainsi que chez les chats. Le ligament peut aussi s’user lentement : on parle de rupture partielle chronique jusqu’à ce qu’il casse complètement. Ce dernier cas entraîne une forte inflammation et le développement d’arthrose. L’arthrose apparaît d’ailleurs assez vite quand le ligament est rompu et provoque de fortes douleurs.   Quels sont les symptômes de rupture du ligament croisé ? Lorsque l’origine est accidentelle, une boiterie soudaine apparaît sur le membre postérieur, avec suppression d’appui totale. Lorsque la rupture est partielle, la boiterie est moins franche, parfois même pas décelée par le propriétaire. Une augmentation du volume du genou peut apparaître.   Comment le diagnostic est-il posé ? L’examen clinique et orthopédique ainsi que les circonstances d’apparition de la boiterie permettent d’orienter le vétérinaire. La présence d’une forte instabilité au niveau du genou laissant le tibia avancer au-delà de la barrière anatomique confirme le diagnostic. Un examen radiographique permet d’évaluer l’évolution des lésions, de l’arthrose…   Quel traitement peut être proposé ? Le traitement médical anti-inflammatoire permet de limiter la douleur mais ne limite pas l’instabilité du genou. La chirurgie est donc une solution de choix. Plusieurs techniques existent. Le chirurgien la choisit en fonction de chaque cas : prothèse ligamentaire, modification de l’orientation du plateau tibial… La rééducation par physiothérapie, hydrothérapie, ostéopathie… aide à la bonne récupération post-chirurgicale . Bien sûr, une perte de poids peut être préconisée. Toute difficulté locomotrice chez le chien et le chat doit être prise en compte rapidement afin de mettre en place un traitement efficace dans les délais les plus courts possibles. 
Transporter son animal
07/06/2019

Transporter son animal

Partir en vacances, partir en week-end ou tout simplement aller chez le vétérinaire, les occasions sont nombreuses pour transporter votre animal. Voici quelques conseils pour que tous les trajets avec votre chien, votre chat ou votre NAC se passent au mieux !   Transporter votre chien. En voiture.   Beaucoup de chiens n’aiment pas la voiture, ils peuvent même être malades : baver, vomir… Des traitements vétérinaires existent pour éviter ces désagréments lors du voyage. Ils sont généralement à donner quelques heures avant le début du voyage. N’hésitez pas à rendre une visite à l’accueil de la clinique, nous pourrons vous conseiller. Il est préférable alors de mettre votre chien dans une caisse de transport dans votre coffre, pour des raisons de sécurité mais aussi de confort pour lui : il sera ainsi mieux stabilisé ! Si vous ne pouvez pas procéder ainsi, votre chien devra être placé à vos pieds ou sur la banquette arrière mais seulement si vous possédez une grille de protection ou un système d’attache . Enfin, les chiens craignent la chaleur , voyagez avec la climatisation ou aux heures les plus fraîches en été et n’oubliez pas les pauses pour faire boire votre chien très régulièrement.   En train ou en avion.   Les conditions de transport en train sont moins contraignantes qu’en avion : les chiens de moins de 6 kg peuvent voyager dans un panier de transport quant aux chiens de plus de 6 kg, ils doivent être muselés.   En avion, les exigences varient en fonction des compagnies aériennes mais généralement, les petits chiens peuvent voyager dans un panier en cabine avec leur propriétaire alors que les plus gros chiens voyagent en soute dans une caisse de transport aux normes IATA. Il faut donc bien se renseigner avant le départ ! Des traitements tranquillisants peuvent être administrés avant le départ pour que votre chien supporte ce long voyage.   Transporter votre chat. En voiture.   Comme les chiens, les chats doivent être protégés pendant le voyage. Ils doivent être placés dans un panier de transport pour ne pas être mis en danger lors d’un accident : lors de l’impact mais aussi lorsque les secours arriveront ! Certains chats sont très stressés en voiture, des médicaments sont disponibles pour diminuer cette anxiété.   En train ou en avion.   Là encore, les chats répondent aux mêmes règles que les chiens : un panier aux normes dans ces transports est indispensable. En avion, les plus gros chats (et oui, certains chats dépassent les 8-10 kg !) voyageront en soute ! Renseignez-vous bien avant le départ auprès de la compagnie aérienne.   Transporter mon lapin.   Il est rare qu’un lapin voyage en avion ou en train. Toutefois, cela est possible et il faut alors respecter les conditions de transport spécifique dictées par la compagnie. En voiture, cela est plus commun ! La solution la plus bénéfique est de faire voyager votre lapin dans sa cage habituelle recouverte d’un linge pour éviter le stress. A chaque arrêt, offrez-lui à boire. Faîtes attention aux courants d’air pendant le trajet,  les lapins y sont très sensibles et peuvent tomber gravement malades.    Quelle que soit votre destination, quel que soit votre moyen de transport, il est nécessaire de prendre toutes les précautions pour sécuriser au maximum votre animal pendant le trajet. N’oubliez pas non plus les conditions de voyage très strictes des compagnies aériennes ou ferroviaires. Enfin, si vous passez une frontière avec votre animal, renseignez-vous au préalable sur les conditions de passage de la frontière aussi bien à l’aller qu’au retour !  
Les tortues d'eau
24/05/2019

Les tortues d'eau

Parmi les tortues d’eau douce les plus fréquemment rencontrées, on trouve la tortue de Floride à tempes rouges (Trachemys Scripta Elegans) et la tortue peinte (Chrysemyspicta), dont la détention nécessite un certificat de capacité (voir législation sur ces tortues), Macrochelodina Rugosa, la Chinémyde de Reeves (Chinemys reevesii), l’Emyde caspienne occidentale (Mauremys caspica), l’Emydure à ventre rouge (Emydura subglobosa), la Pélomeduse roussâtre (Pelumedusa subrufa), la Péluse de Schweigger (Pelusios castaneus), et la Tortue boîte de Malaisie (Cistoclemmys amboinensis ). D’une taille pouvant dépasser les 30 cm pour certaines espèces, elles ont une espérance de vie plus courte que les tortues terrestres : de 10 à 30 ans selon l’espèce. L’hébergement Il est nécessaire de se documenter sur le milieu de vie naturel de l’espèce choisie. En effet, certaines espèces vivent dans les zones marécageuses, d’autres aux abords des rivières. Certaines passent la majeure partie de leur temps dans l’eau , d’autres auront besoin d’une surface émergée plus ou moins importante. L’aquaterrarium On le choisira le plus vaste possible. Il sera divisé en 2 parties : une partie aquatique , d’une profondeur pouvant allée jusqu’à 1 m, et une partie terrestre . Ces 2 espaces seront reliés par une rampe facilitant la sortie de l’eau. Des rochers ou autres objets émergents seront disposés afin que la tortue puisse y prendre appui ou même s’y reposer. La température La température de l’eau du bassin sera comprise entre 22 et 30°C selon les espèces, et celle de l’air entre 22 et 25°C . Le chauffage de l’eau sera assuré par un thermoplongeur , et celui de l’air par une lampe infrarouge ou une lampe céramique. Elle sera dirigée vers un côté de l’aquaterrarium , et offrira un point chaud d’environ 30°C . L’animal pourra s’y exposer selon son niveau d’activité .Un thermomètre permettra une surveillance et un maintien précis de la température. L’éclairage Il sera assuré par une lampe à incandescence ou des tubes fluorescents , en complément de la lumière naturelle. L’UVB est indispensable pour toutes tortues (surtout juvéniles, une fois adulte beaucoup d’espèces peuvent s’en passer). En effet, l’UVB aide beaucoup dans le processus de synthétisation de la vitamine D3. Le substrat Selon les espèces, le fond du bassin sera rempli de sable ou de gravier plus ou moins grossier . Pour la partie émergée, le sol sera soit recouvert de sable, de gravier, sera laissé lisse pour permettre un bon nettoyage. L’hygiène L’eau du bassin sera filtrée de la même façon que l’eau d’un aquarium. I l ne faut pas nettoyer son filtre une fois par semaine, cela détruit toutes les bactéries qui permettent la dégradation des déchets. Sachant que les bactéries sont colonisées au bout de deux à trois semaines, nettoyer le filtre chaque semaine ne fait que le rendre moins efficace. L'alimentation Les tortues aquatiques sont en majorité omnivores, voir carnivore. On leur proposera des poissons crus entiers, des crevettes avec leur carapace, des mollusques, des lentilles d’eau, des plantes aquatique et de la salade bien lavée. Des os de seiches entiers ou broyés et saupoudrés sur la nourriture assureront un apport en calcium suffisant. On évitera de donner des crevettes séchées (gammares) ou de la viande car cette alimentation est très carencée en calcium et en vitamine A (en raison de l’absence de viscère et de carapace) et peut conduire à des problèmes métaboliques graves. Des granulés pour tortues du commerce peuvent complémenter ce régime. La nourriture sera distribuée en petite quantité et doit être donnée dans l’eau. La plupart des espèces aquatiques ne mange pas hors de l’eau.   L’enclos extérieur   A la belle saison, vous pouvez offrir un séjour au jardin à vos tortues. Des modèles d’étangs en plastiques se trouvent en jardinerie . Il suffit de l’incorporer dans le sol du  jardin et d’en recouvrir le fond de sable ou de gravier. Les berges seront recouvertes de pierres plates et de graviers et formeront une pente douce. Les animaux pourront y venir se dorer au soleil. Plantez des végétaux aquatiques qui offriront cachettes et nourriture aux tortues. Pour éviter les évasions, l'étang sera entouré d'une clôture de 50 cms de hauteur et enterrée à une profondeur de 20 cms.   Le vétérinaire Prévoir une visite à l’achat pour vérifier que tout va bien. Votre vétérinaire vous conseillera (pour la reproduction, l’hibernation, le dépistage des parasites, l’identification par puce électronique) et vous aidera à maintenir vos tortues en bonne santé.  
Jouez avec votre animal!!!
17/05/2019

Jouez avec votre animal!!!

Les animaux sont des joueurs infatigables …enfin presque car tout dépend de l’âge et du caractère de chacun ! Alors quel jeu pour quel animal, voici quelques conseils.   Pour les chiens :   Les chiens ont besoin de se dépenser , de mordiller mais aussi de s’occuper pendant vos absences. A chaque comportement correspondent certaines sortes de jouets. Pendant votre absence, mettez à la disposition de votre compagnon des os à mâcher qui éviteront surement certaines bêtises tout en répondant à son besoin instinctif de mordiller, surtout chez les jeunes chiots. Si vous choisissez des os adaptés, ils permettront aussi de limiter la formation de plaque dentaire et donc de tartre. Il existe aussi des jouets à mordiller en corde, en plastique… Attention ! Ne donnez jamais de vrais os à votre compagnon et notamment des petits os de volaille, les esquilles pourraient lui perforer le tube digestif… Une pathologie très grave qui constitue une urgence. Quand vous êtes à la maison, il est indispensable de consacrer un petit peu de temps à jouer avec votre chien. Si vous avez un jardin, profitez-en pour lui permettre de se dépenser avec les jeux de rapport : on lance un jouet et le chien doit le rapporter. Cela permet aussi d’éduquer le chien à rapporter un objet et cela l’oblige à se contrôler : s’il s’excite et ne rapporte pas le jouet, vous stoppez le jeu jusqu’à ce qu’il redevienne calme. Si vous vivez en appartement, trouvez un parc où vous pourrez laisser courir votre compagnon de temps en temps et préférez les jeux plus calmes à l’intérieur. Sachez qu’apprendre à son chien des petits tours tels que « fais le beau » peut devenir un jeu !  Vous pourrez aussi trouver des jeux d’intelligence où le chien doit trouver la solution pour trouver des récompenses !   A savoir :  Il existe aussi des jouets flottants pour s’amuser dans l’eau avec votre chien pendant les jours les plus chauds.   Pour les chats :   Les chats restent de grands joueurs tout au long de leur vie. Certains vivent en appartement et il faut d’autant plus enrichir leur environnement par des jouets divers et variés, des arbres à chat… En effet, à rester seuls toute la journée, certains chats peuvent présenter une anxiété . Une petite boule de papier au bout d’une ficelle permet souvent d’amuser un chat très simplement mais les arbres à chat sont souvent équipés de petits pompons qui occupent beaucoup le chat ! Il existe des jouets beaucoup plus sophistiqués dont le faisceau laser (non dangereux pour le chat, bien sûr !) est irrésistible même pour les chats les plus paresseux ! Quand vous rentrez à la maison, un simple plumeau vous permettra d’amuser votre compagnon félin.   A savoir : Pour occuper votre chat, rien de tel que de cacher ses croquettes à différents endroits de la maison ! Certains jouets distribuent des friandises, un véritable stimulant pour les plus gourmands…   Pour les rongeurs et furets :   Les lapins, cobayes et furets deviennent de plus en plus nombreux aujourd’hui. Certains ont donc pris le parti de leur fabriquer des jouets adaptés. En effet, de nos jours, les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) sont de plus en plus proches de leurs maîtres qui veulent leur offrir une vie agréable et cela passe par le jeu : de la légendaire roue pour les hamsters aux jouets à ronger en passant par des jouets dits intelligents où, comme le chien, le petit rongeur devra trouver des friandises !   Pour conclure, l’information principale à retenir est : jouez avec votre animal ! Cela est indispensable à son équilibre!  
Retour des beaux jours et des parasites : quels dangers pour nos animaux ?
08/05/2019

Retour des beaux jours et des parasites : quels dangers pour nos animaux ?

Le printemps est bientôt là et les parasites de nos chers animaux aussi ! Mais si votre chien ou votre chat a des puces ou des tiques, quels sont les risques pour lui ?   Les puces, un réel danger ?   Les puces sont des insectes sans ailes qui peuvent faire d’énormes bonds. Elles se nourrissent de sang . Il existe plusieurs sous-espèces de puces selon leur hôte de prédilection. Les puces se reproduisent très rapidement, une seule puce peut pondre jusqu’à 50 œufs par jour qui tombent dans l’environnement de l’hôte et ne se développent que lorsque les conditions sont optimales. Cela a deux conséquences principales : nous sommes très rapidement envahis de puces même si notre animal n’en ramène qu’une seule de balade et ce n’est pas parce que nous avez éliminé toutes les puces de notre animal qu’il ne reste pas des œufs et larves de puces dans notre habitation (tapis, plancher, moquette, couchage de l’animal…). Les puces provoquent des démangeaisons notamment lorsqu’elles se déplacent sur votre chien ou votre chat mais elles se nourrissent également de son sang . Ainsi, les animaux, en se grattant intensément peuvent s’induire des plaies , qui peuvent se surinfecter étant donné le caractère septique de leurs griffes . Mais nous observons souvent nos animaux se gratter avec les dents, les chiens et chats avalent ainsi des puces, porteuses de parasites digestifs qui infesteront l’animal . Enfin, certains de nos compagnons présentent une allergie à la salive de puces : les démangeaisons sont alors d’autant plus intensives et une seule piqûre de puce suffit à provoquer une réaction allergique démesurée , nécessitant des traitements anti-inflammatoires et antibiotiques . Les chiens et chats les plus infestés de puces risquent également une anémie : les puces se nourrissent de leur sang à tel point que leurs globules rouges ne peuvent plus se régénérer assez rapidement. Démangeaisons, allergies, plaies infectées, parasites internes, voire même anémie , voici les dangers qui guettent votre animal s’il présente des puces. De plus, l’organisme se voit toujours affaibli par les parasites et donc moins résistant contre les différentes maladies . La solution : un traitement antiparasitaire efficace tout au long de l’année pour tous les chiens et chats de la maison. En effet, n’oublions pas que les œufs de puces attendent sagement de bonnes conditions pour continuer leur développement : la mise en route du chauffage aux premiers froids par exemple ! De plus, si l’on attend le printemps pour traiter, il est parfois trop tard et les puces sont déjà sur votre animal et dans votre maison.   Les tiques, quels dangers pour nos animaux ?   Les tiques sont des acariens qui s’attachent à leurs hôtes par leurs puissantes mandibules en environ 48h afin de se nourrir de leur sang. Une fois repue, elles se laissent tomber à l’extérieur pour soit muer, soit pondre leurs œufs lorsqu’elles ont atteint leur taille adulte. Les œufs ne sont donc pas à l’intérieur de votre habitation ! Toutefois, les tiques peuvent affaiblir un animal lorsqu’elles sont très nombreuses . Selon le climat, certains endroits sont plus infestés de tiques que d’autres, certaines années et certaines périodes de l’année voient apparaître un plus grand nombre de tiques. Ainsi, certains animaux peuvent avoir de nombreuses tiques en même temps. Ensuite, il faut savoir que les tiques peuvent transmettre un certain nombre de maladies graves : piroplasmose, ehrlichiose, maladie de Lyme… aux chiens mais les chats aussi peuvent être touchés par des maladies transmises par les tiques (anaplasmose, ehrlichiose, hémobartonellose…) . Toutefois, il faut noter que, généralement, les tiques ne transmettent ces maladies qu’après s’être parfaitement accrochées à leur hôte, ce qui vous laisse un délai d’environ 48h pour enlever les tiques de votre animal.   La solution : mieux vaut prévenir que guérir en traitant votre animal avec un antiparasitaire efficace et en examinant votre compagnon à chaque retour de balade . Le crochet O’Tom est une superbe invention pour enlever les tiques sans aucun risque. Enfin, n’oubliez pas de signaler ce que vous avez vu , enlever des tiques à votre chien s’il est malade, cela pourrait aider tout vétérinaire dans son diagnostic. De plus, des vaccins pour chiens existent pour certaines de ces maladies, nous serons ravis de vous aider à faire le bon choix en fonction du mode de vie, de l’âge et des risques pour votre chien.   D’autres parasites riment avec l’arrivée des beaux jours, notamment les aoûtats qui, contrairement à ce que leur nom évoque, peuvent être observés dès l’arrivée du printemps. Mais les dangers sont surtout liés aux démangeaisons et surinfections associées . De plus, les principaux antiparasitaires permettent de prévenir ces indésirables.   En conclusion, nous vous conseillons de rester vigilants et de ne pas baisser la garde contre les puces et les tiques. Ce ne sont pas des parasites anodins sans danger pour nos animaux. La prévention reste de mise via l’application d’antiparasitaires externes régulièrement (selon les indications du laboratoire) et une surveillance accrue . Nous restons à votre disposition pour vous conseiller le meilleur antiparasitaire pour votre animal.  
Votre chien détruit tout ce qu’il trouve en votre absence ? Que faire ?
02/05/2019

Votre chien détruit tout ce qu’il trouve en votre absence ? Que faire ?

Si votre chien est destructeur en votre absence, il existe différentes causes. Les voici ainsi que quelques conseils !   L’anxiété :   Certains chiens ne supportent pas d’être seuls. C’est souvent quand ils sont trop attachés à leur maître. Ce sont alors des chiens qui détruisent pour s’apaiser, comme certaines personnes se rongent les ongles. Ils peuvent aussi aboyer mais les aboiements ressemblent alors à des plaintes. Il est alors important d’apprendre au chien à rester seul. Pour cela, il est indispensable de ne pas répondre à toutes ses sollicitations : laissez-le patienter lorsqu’il demande des caresses, n’acceptez pas qu’il soit toujours à vos côtés et envoyez-le dans son panier dès que nécessaire. Ignorez votre compagnon , même si cela est dur, avant de partir le matin et faîtes de même le soir en rentrant. Ne le disputez surtout pas s’il a fait des dégâts. Ainsi, il n’anticipera pas avant même que vous partiez et n’associera pas votre retour avec un sentiment d’apaisement. Petit à petit, il pourra être plus détendu même en votre absence. N’hésitez pas à nous consulter, nous pourrons vous donner des conseils plus personnalisés et mettre éventuellement en place un traitement médical. Si nécessaire, nous pourrons vous orienter vers un confrère spécialiste en comportement.   La sociopathie : problème de hiérarchie :   Si votre chien a l’impression d’être le dominant , il pensera qu’il a le droit de gérer vos allées et venues. Ainsi, il montre son mécontentement en détruisant, en aboyant, voire même en faisant ses besoins souvent à proximité de la porte d’entrée ! Pour éviter ces désagréments, il faut montrer à votre chien qu’il n’est pas le dominant. Pour cela, nous vous conseillons de suivre quelques règles toutes simples. Donnez à manger à votre compagnon après votre repas ou au moins une heure avant et retirez sa gamelle au bout de 20 minutes qu’elle soit vide ou non. Il mangera mieux au prochain repas… De plus, ne répondez pas à toutes ses sollicitations, c’est à vous de gérer les contacts avec lui . Enfin, placez son panier dans un coin du salon, un endroit où il ne pourra observer les portes de la pièce. Et surtout, n’acceptez pas qu’il monte sur le canapé ou sur votre lit. De même que pour l’anxiété, un traitement médical peut s’avérer nécessaire.   En conclusion, des solutions sont possibles lors de tels problèmes de comportement. Sachez que plus le traitement est mis en place rapidement, plus les résultats sont rapides et satisfaisants. Il est donc important d’évoquer ces comportements désagréables dès qu’ils apparaissent même si votre compagnon est encore très jeune.
Hygiène et soins de nos animaux
25/04/2019

Hygiène et soins de nos animaux

  Vivre avec un animal propre est un bonheur ! Pour certains, le bain du chien est un moment difficile à passer alors que pour d’autres, il est un moment de plaisir partagé trop fréquent. Voici quelques conseils pour savoir comment, avec quels produits et à quelle fréquence faut-il laver son chien ou son chat mais aussi le brosser, lui laver les dents, les yeux…   Laver son animal :   Commençons par les chiens… Il est important de retenir qu’un bain mensuel suffit largement. Certaines personnes baignent leur chien trop souvent au risque de déséquilibrer la flore cutanée et de provoquer des problèmes dermatologiques. Toutefois, cette fréquence mensuelle peut être augmentée car un bain peut s’avérer indispensable après une balade dans la boue ! Lors d’un shampooing, le chien est mouillé sur tout le corps en évitant les oreilles et la face puis savonné et enfin rincé abondamment . N’oubliez pas de bien sécher votre chien avec une serviette éponge, voire même avec le sèche-cheveux, surtout en hiver ! Pour le chat, la méthode est identique mais l’eau et le sèche-cheveux sont généralement peu appréciés. D’ailleurs, pour les chats, il existe des shampooings secs , sans rinçage , très pratiques. Ils peuvent aussi s’avérer indispensables pour les chiens, au retour de balade, entre deux shampooings ou pour les plus récalcitrants aux bains. Il est important de choisir un shampooing adapté pour chiens ou pour chats car le pH de leur peau est différent du nôtre .   A savoir : après toute baignade en mer, un chien doit être rincé à l’eau claire.   Brosser son chien ou son chat :   La fréquence du brossage dépend de la longueur du pelage, de la période de l’année (mue ou pas) mais aussi des éventuels problèmes provoqués par la perte de poils. En effet, les chats avalent beaucoup de poils en se toilettant et sont particulièrement sensibles aux boules de poils intestinales. Il est aussi important de prendre en compte que plus vous brosserez votre animal, moins vous aurez de pois morts tombés dans votre maison.  Ainsi, chez les chiens et chats à poils longs, plusieurs brossages par semaine sont nécessaires. Chez les autres, une fois par semaine pendant les périodes de mue et une fois tous les quinze jours sinon est une bonne solution.   Nettoyer les dents de son animal :   Le tartre peut s’installer très rapidement sur les dents de nos chiens et de nos chats . Un brossage des dents régulier est indispensable pour éviter la formation de tartre et donc la mauvaise haleine, une gingivite, la perte de dents… Il existe des dentifrices spéciaux pour chiens et chats vendus généralement avec une petite brosse à dents et un doigtier bien pratique. Ces dentifrices ne doivent pas être rincés  ! D’autres solutions permettent de préserver une bonne hygiène dentaire : des produits à mélanger à l’eau de boisson ou à l’alimentation sont bien pratiques, des os à mâcher peuvent compléter l’action préventive. Lorsque les dents sont trop entartrées, il est nécessaire d’intervenir pour détartrer les dents de l’animal. Sachez que le chien ou le chat est alors endormi par une anesthésie générale le temps de nettoyer toutes ses dents sans qu’il bouge et en toute sécurité.   Nettoyer les yeux et les oreilles de son animal :   Certains animaux ont les yeux plus rapidement sales, avec des traces disgracieuses, il s’agit surtout des chiens et des chats aux museaux courts dits brachycéphales. Leurs canaux lacrymaux se bouchent facilement et sont donc moins efficaces : l’excès de larmes coule alors au coin interne des yeux. Il faut alors nettoyer les yeux plusieurs fois par semaine pour ces animaux et environ une fois tous les quinze jours pour les autres, lorsque des saletés apparaissent. Il est important de nettoyer les yeux de votre animal du coin externe de l’œil, plus propre, au coin interne de l’œil où les saletés s’accumulent . De la même façon, certaines races de chiens ont les oreilles plus facilement sales. Il s’agit des chiens aux oreilles tombantes, moins aérées et souvent poilues ! L’accumulation de cérumen dans ce milieu humide, chaud et peu aéré favorise les infections. Un nettoyage toutes les semaines voire tous les quinze jours est alors nécessaire pour les chiens aux oreilles tombantes alors qu’une fréquence d’une fois par mois suffit largement chez les autres races de chiens et chez les chats. Pour tous ces soins, il est préférable d’habituer l’animal à ces manipulations dès son plus jeune âge. L’acceptation par le chien ou le chat se travaille avec lui par une méthode positive comme tout apprentissage.  
La médecine préventive
17/04/2019

La médecine préventive

MÉDECINE PRÉVENTIVE : QUEL INTÉRÊT POUR MON COMPAGNON ?   La prévention est une préoccupation universelle, puisque la connaissance des risques et l’information sont accessibles à tous. Dans de nombreux domaines, cette prévention s’applique, avec la mise en place précoce de moyens de détection. Ainsi on n’attend plus la panne pour faire contrôler son véhicule. En matière de santé, donc aussi pour nos animaux de compagnie, la prévention est utile. En effet de nombreux problèmes connaissent une évolution silencieuse avant d’apparaitre de façon symptomatique. Souvent aussi, lorsque les symptômes apparaissent, la maladie est devenue importante, parfois irréversible, alors que détectée plus tôt, des moyens auraient pu être mis en œuvre, au moins pour limiter l’évolution, sinon pour empêcher la maladie d’apparaitre.   Qu’est-ce que la médecine vétérinaire préventive ?   La médecine préventive repose sur deux axes principaux : Le dépistage le plus précocement possible des maladies ou déséquilibres internes pouvant conduire à des troubles entrainant une perte de qualité de vie, et au pire diminuer l’espérance de vie. Le second axe, basé sur le conseil de votre vétérinaire consiste à prévenir des troubles aigus et graves , comme par exemple certaines maladies infectieuses . La vaccination contre les maladies de votre compagnon fait partie intégrante de la médecine préventive, au même titre que les conseils d’hygiène, en nutrition, la lutte contre les parasites ou l’activité.   La médecine préventive durant la croissance:   Le jeune âge est une période cruciale pour l’avenir de votre compagnon. Des erreurs dans la conduite de la croissance peuvent provoquer des désordres qui peuvent faire perdre des années de vies à votre chiot ou chaton. Au cours de ces visites, il évaluera avec vous les risques de maladie infectieuses pour préparer le plan de vaccination adapté (parvovirose, maladie de Carré, hépatite de Rubarth, leptospirose, piroplasmose, leishmaniose, toux de chenil chez le chiot, Herpès virose et calicivirose, typhus à parvovirus ou panleucopénie, leucose, chlamydiose chez le chaton). La prévention des parasitismes internes et externes est également importante chez des jeunes encore fragiles. En effet, si le parasitisme est néfaste chez l’adulte, il peut avoir des conséquences graves chez le chiot et chaton. Les parasites intestinaux peuvent ainsi priver votre compagnon de nutriments indispensables pour sa croissance , comme certaines vitamines , mais aussi provoquer des lésions de l’intestin qui pourront avoir des répercussions tout au long de la vie. Les parasites externes , peuvent quant à eux transmettre des maladies (les tiques transmettent la maladie de Lyme et la piroplasmose chez le chien), les puces peuvent transmettre des parasites internes (taenia), et provoquer des allergies. Il est donc ainsi recommandé de présenter régulièrement le jeune animal à votre vétérinaire. Les premières visites sont aussi l’occasion de faire le point sur le développement comportemental du jeune chien et du jeune chat. Il est en effet très important de déceler aussi tôt que possible un comportement anormal et de remettre votre compagnon dans le droit chemin. Un comportement anormal sera beaucoup plus compliqué à corriger chez l’adulte. Certaines maladies d’origines génétiques (anomalies de l’œil, maladies cardiaques etc.) peuvent être décelées très tôt, et faire l’objet de test génétiques et de prises en charge médicales précoces éventuelles. La dentition doit également être évaluée. Parfois une radiographie (évaluation des articulations, en particulier coudes et hanches chez les chiots de grandes races), ou une échographie (cardiaque et/ou rénale pour certaines races de chiens et de chats) peuvent être nécessaires pour déceler au plus tôt une anomalie. Enfin, l’évaluation de la croissance et l’adaptation de l’alimentation sont indispensables chez les jeunes. L’avenir reproducteur est aussi à envisager. Il est maintenant établi que la stérilisation précoce présente des intérêts pour les chiennes et les chattes.   Chez l’adulte, la médecine préventive a-t-elle un intérêt ?   Bien sûr ! La croissance achevée, l’adulte encours toujours un certain nombre de risques. Il ne faut pas en particulier négliger de continuer le plan de vaccination. Certains vaccins ne protègent votre compagnon qu’une année. Les parasites peuvent toujours causer des troubles importants, qu’ils soient internes ou externes. Nos modes de vie conduisent aussi à une vie sédentaire. Chez le chien, cela peut se traduire par une limitation de l’activité , et secondairement à une prise de poids insidieuse, qui fait à son tour le lit d’autres maladies comme le diabète, l’arthrose etc . Chez le chat , en plus de ces risques, on peut avoir à déplorer des troubles comportementaux , et des troubles urinaires (obstructions, cystites). Votre vétérinaire, au cours de la visite annuelle de santé, évalue l a condition corporelle de votre compagnon et vous conseille alors sur les mesures d’hygiène, d’activité, et sur l’alimentation (aliment, rythme de distribution) la plus adaptée pour limiter ces risques. L’hygiène bucco-dentaire est un élément important à évaluer chez le jeune adulte. Les germes présents dans la plaque dentaire peuvent « migrer » vers le cœur, les reins, le foie etc. et favoriser des lésions irréversibles de ces organes vitaux, obérant ainsi la longévité de votre compagnon. Votre vétérinaire et son équipe vous conseillent aussi sur la meilleure action préventive à mettre en œuvre.   Mon chien ou mon chat sont seniors...que peut-on encore prévenir ?   La médecine préventive est encore plus importante chez le chien ou chat senior. On considère qu’ un chat est senior vers 8 ans. Chez le chien , cet âge dépend du format, vers 6 ans chez les grandes races (5 ans pour les races géantes) , et plus tard, vers 8 ans pour les chiens de petits formats. A partir de cet âge les effets du vieillissement sont déjà présents tout en demeurant peu visibles. Leur évolution silencieuse peut être pernicieuse, et déboucher sur la découverte de maladies déjà très avancées lorsque des défaillances apparaissent. Les maladies rénales chroniques par exemple sont parfois découvertes très tardivement alors que le tissus rénal est fortement endommagé, et ce de façon irréversible. Le propre des maladies dégénératives de l’animal vieillissant est justement d’être chroniques, irréversibles, évoluant souvent par crises. Donc les détecter le plus tôt permet de mettre en place une prise en charge adaptée pour en limiter l’évolution. L’arthrose (90% des chats de plus de 12 ans en sont atteints, sans pour autant que leur propriétaire en prenne conscience !), les maladies rénales chroniques, les affections cardiaques, des maladies endocriniennes (9% des chats de plus de 10 ans sont hyperthyroïdiens), peuvent être découvertes très tôt . Votre vétérinaire pratique pour cela un examen clinique plus poussé , et a besoin de réaliser une analyse d’urine, une prise de sang et dans certains cas prendre la tension artérielle ou réaliser une radiographie ou une échographie. La prévention chez le chien ou le chat senior passe par la continuation du plan de vaccination, la lutte contre les parasites, et aussi par une alimentation adaptée. Une étude récente a montré qu’ une alimentation enrichie en huiles de poisson (source d’EPA et DHA, acides gras oméga3 indispensables), en antioxydants et favorisant la santé de la flore digestive permet de gagner en moyenne un an d’espérance de vie chez le chat de plus de sept ans, et réduit par trois les maladies dans les premières années de l’âge senior !     Investir dans la médecine préventive peut permettre d’éviter et de déceler au plus tôt des maladies chez votre chien ou votre chat. La médecine préventive que votre vétérinaire et son équipe mettent en œuvre au cours de visites régulières chez le jeune, puis annuelles chez l’adulte, enfin bi-annuelles après 10 ans, contribuent très fortement à améliorer la qualité de vie de votre compagnon, et à lui offrir une espérance de vie augmentée. N’hésitez donc pas à questionner votre équipe vétérinaire sur le meilleur plan de prévention pour votre compagnon...quel que soit son âge.
Quizz sur l'alimentation de votre animal
10/04/2019

Quizz sur l'alimentation de votre animal

Devant le nombre d’aliments qui existe pour nos chers compagnons, il est souvent difficile de faire son choix. Voici donc un petit quizz qui vous aidera à tester vos connaissances sur ce sujet:   Un aliment standard est moins bon qu’un aliment de haute qualité : A) Même s’il coute plus cher B) Parce qu’il contient des nutriments de moins bonne qualité C) Parce qu’il est plus équilibré     Réponse B : Les aliments standards contiennent les parties les moins nobles de la viande contrairement aux aliments de qualité dont la principale source de protéines provient des parties les plus intéressantes de la viande : les muscles ! De plus, les aliments que vous trouverez dans les cliniques vétérinaires sont parfaitement équilibrés pour répondre aux besoins nutritionnels de votre animal en fonction de son espèce, de sa taille, de son poids, de ses particularités physiologiques…   Mieux vaut choisir des croquettes que des pâtées, : A) Elles sont plus pratiques B) Elles sont plus économiques C) Elles apportent plus d’eau     Réponses A et B : Les croquettes  sont plus pratiques et plus économiques car il faut en donner moins que les pâtées pour un même apport énergétique. De plus, elles se conservent facilement notamment grâce aux paquets refermables ! Néanmoins, les pâtées sont intéressantes pour certains animaux qui ne boivent pas assez  et/ou qui souffrent de calculs urinaires. N’hésitez pas à nous demander conseil, nous pourrons vous aider à choisir la meilleure alimentation pour votre compagnon.   Les chats doivent être nourris de façon fractionnée : A) Car ils ont un petit estomac B) Pour  les faire jouer C) Pour respecter leur mode d’alimentation naturel     Réponse C: Dans la nature, les chats chassent des petites proies et mangent donc de petites quantités plusieurs fois par jour. Ce sont donc des grignoteurs qui peuvent faire jusqu’à 20 repas par jour. Pour respecter ce mode d’alimentation, le meilleur moyen est de laisser les croquettes à volonté à votre chat. Mais pour tous les gourmands, attention aux kilos en trop ! Il existe alors des distributeurs automatiques de croquettes. Toutefois, pour certains, cela n’est pas possible, notamment si votre chat souffre de certaines maladies. Ainsi, nous vous conseillons de bien suivre les recommandations que nous vous avons données personnellement.   Les rations ménagères sont souvent déconseillées, : A) Même si elles sont plus économiques B) Elles sont rarement équilibrées C) Elles sont difficiles à préparer     Réponses B et C : En effet, elles sont difficiles à préparer, il faut des produits frais tous les jours, ce qui est une solution plus onéreuse. Mais on les déconseille surtout car il est difficile de préparer ainsi un repas équilibré avec des taux de protéine et lipide corrects et des quantités de minéraux adaptées. C’est pourquoi les aliments industriels de qualité sont particulièrement recommandés.   Et pour nos petits rongeurs, : A) Un mélange de graines suffit B) Des extrudés ou granulés suffisent C) Il est nécessaire d’introduire progressivement des légumes et de la verdure à une alimentation composée d’extrudés et de foin.     Réponse C : Les rongeurs et lagomorphes (lapins) ont besoin de beaucoup de fibres pour leur transit et de pouvoir user leurs dents qui poussent en permanence. Si des extrudés sont plus adaptés qu’un mélange de graines avec lequel l’animal triera et laissera de côté les composants qu’il aime le moins, il faut les compléter avec un apport en fibres supplémentaires grâce à du foin de bonne qualité et des aliments frais (légumes et verdure). Sachez aussi qu’il existe des granulés adaptés à chaque espèce de rongeurs car tous n’ont pas les mêmes besoins. Nous sommes là pour vous conseiller !   En conclusion, pour la santé et le bien-être de votre animal, il est important de respecter quelques règles. Nous espérons que ce petit quizz vous aura permis d’y voir plus clair ! Si vous avez d’autres questions ou des doutes concernant l’alimentation de votre compagnon, n’hésitez pas à venir nous rendre une petite visite à la clinique. Nous serons ravis de vous aider.  
12345678910...