43 avenue du chemin vert
95290 l'isle adam
Tél. : 01 34 69 10 16
Horaires d'ouverture :
La semaine : 8h45 à 19h15
Le samedi : 8h45 à 17h45
CONSULTATIONS SUR RDV
URGENCES
7j/7, 24h/24
Tout comme leur propriétaire, les chiens sont sujets aux maladies cardiaques. Cependant, celles-ci sont différentes des nôtres...
Petite victoire des animaux sauvages contre les chasseurs et les piégeurs

Le Conseil d'Etat a retiré six espèces sauvages de la liste des animaux nuisibles, empêchant ainsi qu’ils soient tués. Une décision importante dont se félicite la Fondation 30 Millions d’Amis, mais qui ne concerne malheureusement que quelques départements français.
C’est un grand pas pour des milliers d’animaux sauvages. Le Conseil d'Etat vient d'annuler le classement comme animaux « nuisibles » de six espèces d'oiseaux et de mammifères dans certains départements, estimant qu’il n’était pas justifié sur ces territoires (30/7/14). Une décision dont se sont félicitées la Fédération France Nature Environnement (FNE) et l’association Humanité et Biodiversité, les deux organismes qui avaient saisi la justice administrative sur ce dossier en 2012. Sont concernés la pie bavarde, la corneille noire, le geai des chênes, la fouine, la martre et la belette, des espèces souvent accusées de causer des dégâts dans les champs et les vergers.

EQUILIBRE DES ÉCOSYSTÈMES
Loin d’être des nuisibles, ces animaux sont pourtant très utiles. « Les fouines, les martres, les belettes et surtout les renards chassent les rongeurs et jouent ainsi un rôle très important dans la régulation des petits animaux et l’équilibre des écosystèmes, explique Nelly Boutinot, administratrice de l’association Humanité et Biodiversité.[...]
RÉGLEMENTATION OBSOLÈTE
Cette décision de la plus haute juridiction administrative est une bonne nouvelle pour les associations de protection animale qui n’ont de cesse de dénoncer, depuis de nombreuses années, l’obsolescence de la réglementation relative au nuisibles.[..]

Sources: www.30millionsdamis.fr


Avoir un chien... ferait rajeunir !

Une étude scientifique révèle que s’occuper quotidiennement d’un chien permet à un maître senior de se maintenir en forme. Un constat partagé par la Fondation 30 Millions d’Amis qui a toujours encouragé la présence d’un animal à la maison.
Selon une étude* menée par l’Université de Saint Andrews, en Ecosse, et publiée dans la revue Preventive Medicine (15/6/14), le fait de s’occuper d’un chien permet de maintenir une bonne condition physique et se révèle ainsi bénéfique pour la santé du maître. « La forme physique d’une personne qui a un chien est celle d’une personne 10 ans plus jeune, a expliqué le docteur Zhiqiang Feng, à l’origine de cette étude scientifique. Cela n'ajoute pas 10 ans à son espérance de vie, mais c'est très bénéfique » poursuit-il.

LE CHIEN COMME LIEN SOCIAL
Pour en arriver à cette conclusion, un groupe d’étude a suivi 547 personnes dont l’âge moyen était de 79 ans. Parmi elles, 50 étaient propriétaires de chiens. A l’aide d’un accéléromètre, les chercheurs ont mesuré l’activité physique de chaque participant pendant une semaine. Le constat est sans appel : les propriétaires de chiens se dépensent 12% de plus que les personnes sans animaux. « L’animal stimule l’activité personnelle et pousse à surmonter des obstacles tels que les intempéries ou la peur d’une agression dans la rue » indique l’étude. Marche, promenade, jeux et câlins : en s’occupant de son animal et en le soignant quotidiennement, le maître ou la maîtresse est chaque jour sollicité et maintient ainsi un certain niveau d’activité pour assurer le bien-être de son animal.
Outre les bienfaits physiques, cette étude montre également que la présence d’un chien influe sur l’anxiété et la santé mentale des personnes âgées. « Les propriétaires de chien sont moins sujets à la dépression nerveuse » a indiqué le Dr Feng.
En s’appuyant sur ces conclusions, l’étude propose des solutions concrètes pour améliorer le quotidien des personnes âgées isolées, comme la « garde partagée » d’un chien entre plusieurs seniors. « Lorsque l’on doit promener un animal, il est plus facile de rencontrer des gens dans le voisinage » conclut l’étude. Le chien comme lien social : une idée que la Fondation 30 Millions d’Amis promeut depuis de nombreuses années, notamment auprès des personnes âgées et des enfants malades.

*Sources : Dog ownership and physical activity in later life : A cross-sectional observational study, Science Direct, june 2014

Sources: http://www.30millionsdamis.fr/


Les vétérinaires partent en chasse contre Internet

De plus en plus de propriétaires d'animaux consultent internet pour soigner leurs animaux et se tournent vers les vétérinaires tardivement. C'est que relève l'enquête de la British veterinary association (BVA).
Passer voir le véto plutôt que Mister Google
Sur les 700 vétérinaires faisant l'objet de l'étude, 98% soulignent que les propriétaires d'animaux préfèrent se fier à Google pour poser le diagnostic des malaises de leurs compagnons à quatre pattes. Ils ne les amènent que tardivement en consultation chez un vétérinaire. Ce qui entraîne des conséquences très graves voire mortelles pour ces animaux.
Par ailleurs, ils dénoncent également le fait que, pour des soucis économiques, les propriétaires d'animaux soignent ces derniers avec leurs propres médicaments ou ceux achetés en ligne.

Les dangers de l'autodiagnostic
Certains vétérinaires avouent être parfois confrontés à des propriétaires qui rejetaient leurs consultations ou qui les faisaient confirmer sur Internet.

Le président de la BVA, Robin Hargreaves, estime que si certains sites sont réellement utiles et donnent de bons conseils, un test lié à l'animal est nécessaire pour de nombreuses maladies dont les symptômes sont semblables. « Souvent, les symptômes que les gens reconnaissent sont assez génériques », explique-t-il. Avec la consultation en ligne, on peut obtenir beaucoup de réponses correspondants aux symptômes, allant d'une maladie bénigne à une lourde maladie.


Sources://news.radins.com/


5 métiers animaliers pour les amoureux des animaux

Le marché des animaux de compagnie engendre aujourd'hui plus de 20 000 emplois directs et indirects. Au-delà des métiers classiques comme vétérinaire ou toiletteur canin, voici quelques métiers moins connus qui peuvent intéresser les passionnés.

PET SITTER
A l’image du baby-sitting, le dog ou cat-sitting consiste à se rendre au domicile des propriétaires, en leur absence, pour nourrir, promener et divertir leur animal.

ACCOMPAGNATEUR EN TOURISME ÉQUESTRE
Durant la saison touristique, l’accompagnateur en tourisme équestre emmène un groupe de cavaliers sur des sentiers balisés.

EDUCATEUR DE CHIEN D'ASSISTANCE
A l’âge de dix-huit mois, les chiots rejoignent les centres de l’association Handi’Chiens (qui a déjà remis 1500 chiens d’assistance depuis sa création en 1989).

MAÎTRE-CHIEN D'AVALANCHES
Le maître-chien d'avalanches est un professionnel de la montagne qui intervient dans le cadre du plan départemental du secours pour localiser les victimes enfouies sous la neige.

SALARIÉ D’UN CENTRE DE RÉHABILITATION
Les centres de sauvegarde et de réhabilitation de la faune sauvage recueillent et soignent les animaux blessés avant de les relâcher dans leur milieu naturel.

Consultez l'ensemble des fiches métiers animaliers du site de www.30millionsdamis.fr pour trouver peut-être le métier qu'il vous faut.

Source: http://www.30millionsdamis.fr/




Sélection littéraire "spéciale Animaux":

Le chat et moi
De: NILS UDDENBERG
ÉDITEUR : Presses de la cité 
PRIX ÉDITEUR : 21 €
RÉSUMÉ DU LIVRE:
Alors qu’il rentre de vacances, Nils découvre un petit chat gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, le fixant de ses grands yeux jaunes. D’où vient-il ? S’est-il perdu ? Jour après jour, Nils le revoit à la même place. Il met des affichettes dans le quartier ; contacte un refuge, prévient la police… Rien. Personne ne recherche l’animal. De toute façon, il est trop tard, Nils s’est attaché à cette mignonne boule de poils. Petit à petit, le félin prend ses aises, s’aventure dans la maison… Et pourtant, Nils, psychiatre à la retraite, s’était juré qu’il ne s’encombrerait jamais d’un animal de compagnie.
Une jolie histoire d’amour, racontée non sans ironie et autodérision, dans laquelle l’auteur analyse - déformation professionnelle oblige - la relation de l’animal avec l’homme.


Lettre d’amour à mon chien
De: CHRISTINE LAMOUREUX
ÉDITEUR : Fortuna
PRIX ÉDITEUR : 15,90 €
RÉSUMÉ DU LIVRE: 
Quelle est la nature de l’attachement d’un humain à un animal ? Pour la première fois, ce livre nous permet de comprendre ce qui se joue. A travers deux drames, la mort de son mari, puis celle de son chien, l’auteur décrit sans limite les joies et les douleurs de ces liens. Au-delà du langage, ce témoignage éclaire d’une vérité nouvelle ce qui se cache dans nos « passions ». Il libère de tout jugement face à ceux qui « adorent » leur chien et efface les inutiles tentatives de comparaison.
Dans un style original, Christine Lamoureux nous offre un moment d’émotion rare et puissant.